© Copyright - Cellule communication du 35e RAP 2018 Tous droits réservés

Colonel MENGUS

En 1947, le colonel MENGUS réussi avec succès la transformation du 35e RA en unité aéroportée. Ce sera le 35e RALP (35e régiment d’artillerie légère parachutiste), puis le 35e RAP (35e régiment d’artillerie parachutiste) en 1961. Homme d’exception, chef charismatique et père fondateur de l’artillerie parachutiste, il donnera ainsi ses ailes au glorieux « 35 » en faisant de ce régiment une unité d'élite des troupes aéroportées avant d'entamer les guerres de décolonisation.

Sous l'impulsion du colonel MENGUS, le « 35 » devient parachutiste ; il change de garnison, d’insigne et de devise.

Les artilleurs du « 35 » s’installent à leur arrivée à Tarbes au quartier LARREY (qui héberge désormais les hussards du 1er RHP) et au quartier SOULT (garnison actuelle du 35e RAP).

Les artilleurs quittent en parallèle leur béret noir et coiffent alors le béret bleu roi des parachutistes métropolitains (similaire à celui de l’ALAT aujourd’hui).

Toujours en 1947, afin de symboliser au mieux son histoire passée et contemporaine, l’insigne du « 35 » se transforme. L’hermine de Vannes y soutient les armes de la ville de Tarbes. Sur ses canons, la nouvelle devise du régiment est inscrite : « Droit devant ».

Elle remplace ainsi l’ancienne devise « mourir en chantant » - du 35e régiment d’artillerie (35e RA).

 

L’idée de modifier cette devise en serait venue au colonel MENGUS lors d’une séance de saut en parachute à force d’entendre les largueurs invectiver les sautants, leur indiquant la direction de sortie de l’avion.

Je